Génération Alpha : les marques sont sur le coup !

Depuis un certain temps, nous sommes catégorisés en « générations ». Vous devez donc connaître la génération Y, et probablement la génération Z. Mais avez-vous déjà entendu parler de la génération Alpha ? Le nom semble être de plus en plus officiel et beaucoup commencent à la nommer de la sorte. Mais qui représente-t-elle ?

Revenons sur la génération Z pour mieux comprendre. Cette dernière regroupe l’ensemble des personnes nées entre 1995 et 2015, autrement dit les ados d’aujourd’hui. D’après une étude réalisée par l’EDHEC NewGen Talent Centre, ce qui les caractérisent est l’entreprenariat. Leur ambition professionnelle est de créer leur entreprise dans le domaine qui leur plaît. C’est la génération de l’hyper connectivité. Leur rapport au web et aux réseaux sociaux est présent depuis leur naissance. Ils les utilisent comme de véritables outils dans leur vie quotidienne : ils se construisent une image et un réseau à travers eux.

Les marques commencent à bien s’adapter à la génération Y (les personnes nées entre 1980 et 2000) et doivent désormais anticiper les nouveaux besoins des « digital natives » (les Z). Elles comprennent de plus en plus les besoins de la « gen Z » et leur proposent des produits de plus en plus adaptés. Ces derniers deviennent des ambassadeurs pour les marques et même de véritables marketers (partage, blog, expérience…). D’après Clara Delcroix, une lycéenne tenant un blog sur sa propre perception de la génération Z, entre 1997 et 2011, la génération Z représentait 2 milliards d’individus. Le marché est énorme, et les marques l’ont bien compris.

Mais derrière ce marché relativement récent, une nouvelle génération est dèjà en train de voir le jour : la génération Alpha.

children-403582_960_720

Pour vous aider à comprendre qui ils sont, je relaie les propos du démographe et sociologue australien Mark McCrindle, « Contrairement aux Z, qui sont nés avec le numérique, les Alpha naissent DANS le numérique ». En effet, « selon une étude américaine, plus des ¾ des enfants de 2 ans ont déjà testé des jeux vidéo ou des applis sur un smartphone ».

Comme vous le devinez, nous sommes en train de faire référence à des personnes nées après 2010, soit d’enfants de moins de 7 ans ! Les alphas intéressent les marques puisqu’ils représentent leur devenir. Pour cela, il faut faire travailler notre imaginaire et se représenter le monde de demain. Mark McCrindle l’a fait et en voici un petit extrait : « Le clavier d’ordinateur, c’est fini, ils n’utilisent que des surfaces tactiles, demain des lunettes, peut-être des lentilles et même des tatouages connectés. Connectés à quoi ? Eh bien à tout, puisqu’on bascule aujourd’hui vers ce que les Américains appellent « internet of everything », « l’internet de tout », un monde où tout sera en réseau, de la maison à la voiture en passant par le frigo et même les jouets ».

La marque Mattel pense déjà génération Alpha en commercialisant Hello Barbie, une poupée équipée d’une intelligence artificielle. Les enfants peuvent avoir une réelle conversation avec la Barbie.

barbie

Anki, une start-up basée à San Francisco spécialisée en robotique humanoïde, travaille en étroite collaboration avec Pixar et de nombreux professionnels du jouet sur un tout petit robot adorable prénommé Cozmo. Il est capable de reconnaître ses interlocuteurs, de se fâcher, de suivre un humain et de proposer des jeux.

IBM se lance aussi dans la course avec sa technologie Watson et son partenariat avec la start-up américaine Elemental Path en créant « Cognitoys ». Il s’agit d’un dinosaure qui parle aux enfants, joue avec eux et leur raconte des histoires. La technologie Watson permet au jouet de comprendre les paroles de l’enfant et de lui répondre, de mesurer ses progrès, de faire des blagues, des exercices de calcul…

Cognitoys2

La génération Alpha sera sans doute la plus instruite de l’Histoire de l’humanité, son accès au savoir sera illimité. Comme le souligne la Directrice Générale du groupe de mode Kaporal dans son article « Génération Alpha : que vivra mon petit-fils en 2036… ?, « L’enseignement s’inverse à l’instar des écoles prototypes aux USA ou de l’école 42 de Xavier Niel : les leçons s’apprennent à la maison et les exercices se font en classe. Plus autonomes, ces enfants inventeront leur propre pédagogie. »

A quand la génération bêta ?

Crédits photos:

pixabay.com

huffingtonpost.fr

ageofdesign.designweek.co

freepik.com – Designed by peoplecreations / Freepik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *